La prière à l’Assomption

C’est d’abord la prière de l’Eglise, dans ce qu’elle a de plus universel pour ne pas dire commun. Ce n’est pas une prière de chapelles latérales ; c’est la prière de la « grande nef ». Les dévotions particulières n’y sont donc pas mises à l’avant-plan. La Liturgie des Heures (ou bréviaire) et l’eucharistie balisent la vie quotidienne du religieux assomptionniste.

Comme le dit sa Règle de vie, l’assomptionniste est un homme de foi et un homme de son temps. Ainsi il ouvre sa prière aux dimensions de l’Eglise et du monde et y puise le souci de se porter « là où Dieu est menacé dans l’homme et là où l’homme est menacé comme image de Dieu ».

La prière à l’Assomption c’est aussi – et c’est primordial – une prière communautaire, fraternelle et cordiale, où les religieux se souviennent qu’ils sont appelés à avoir « une seule âme et un seul cœur, tournés vers Dieu » (Règle de saint Augustin).

La prière à l’Assomption, c’est encore une fidélité assidue à la prière personnelle. Une prière qui se nourrit de la Parole de Dieu et qui se vit à travers la méditation et la prière silencieuse – une oraison quotidienne de trente minutes au moins est prévue par la Règle –, des temps de retraite et de silence.

Enfin, c’est dans la prière que s’alimente l’élan apostolique qui habite l’Assomption. Il s’exprime dans des œuvres et des engagements multiples, marqués par le souci de proposer la foi, de travailler à la communion et de vivre la solidarité avec les pauvres.

André Brombart, assomptionniste, Bruxelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s